La CAPA a créé sur son territoire une pépinière d’entreprise agricole : une première en Corse. Ce dispositif novateur permet à 4 porteurs de projets Nadine, Lisandru, Swann et Jean-Philippe qui souhaitent s’installer en agriculture biologique de tester le maraîchage en bénéficiant  d’un accompagnement et de matériel pour une durée de 1 à 3 ans sur une parcelle « mise à disposition » par la Ville d’Ajaccio. La Communauté d’Agglomération a choisi de proposer cette expérimentation avec l’appui du réseau national des « Espaces test agricoles » RENETA.

les testeurs sur site

Contact CAPA

Communauté d'Agglomération du Pays Ajaccien

Espace Alban Bât G et H 18 rue Antoine Sollacaro 20090 Ajaccio Tél: 04 95 52 95 00 contact@ca-ajaccien.fr

Téléchargements

Les 4 testeurs

Point presse pour présenter Mobileye

Lisandru Amati,  36 ans, le maraîchage en héritage

Pour Lisandru Amati, l’agriculture est une passion née de l’enfance, et plus précisément l’héritage des savoir-faire  de son grand-père et de son arrière-grand-père. Il a toujours d’ailleurs réalisé des activités de maraîchage à titre personnel.

Aujourd’hui, il souhaite passer à la vitesse supérieure et vivre de sa passion en se formant sur les techniques de commercialisation notamment.

Et pour ce faire, il a déjà de solides atouts. Ce passionné de nature, et d’histoire et de culture corse, réalise chez lui l’intégralité de la production (semences, repiquages, préparation du sol et plantation). Pour autant, il est avide d’apprendre les règles de la distribution et de la commercialisation de ses futures productions.

Convaincu que les circuits courts sont l’avenir, il souhaiterait un jour pouvoir approvisionner les cantines de la ville d’Ajaccio.

Son projet pour l’heure : cultiver fruits et légumes sur sa parcelle notamment racines et tubercules en permaculture.

Nous ne manquerons pas de le suivre tout au long de sa première année de test !

Point presse pour présenter Mobileye

Swann Franceschi, 31 ans, une démarche 100%bio

Swann Franceschi est un globe trotter avide de nouvelles expériences avec cependant comme ultime ambition celle de créer une micro-ferme  capable d’assurer une production nourricière locale, saine, viable et résiliante avec pour volonté de sensibiliser le grand public à l’agriculture bio. Il destine son année de test à la mise en place d’activités de maraichage bio intensives et d’un atelier de transformation.

Passionné par les nouvelles techniques agricoles, Swann se forme depuis des années. Il a en effet travaillé dans des exploitations corses ces dernières années. Mais surtout, il a « roulé sa bosse  » comme bénévole en Afrique, et  en Colombie où il a participé à divers projets agricoles.

Durant son année de test, il entend cultiver sur sa parcelle entre autre de l’ail, des oignons, des poireaux, des carottes, du fenouil, du chou rave, du mesclun de jeunes pousses ou encore des herbes aromatiques.

Il compte aussi transformer lui-même ses productions grâce à un séchoir solaire. Il aimerait bien également créer un système de vente de type « panier ».

Nous en avons déjà l’eau à la bouche !

Point presse pour présenter Mobileye

Jean-Philippe Chiocca, 36 ans, vivre de sa passion

Après des études au lycée agricole de Sartene, Jean-Philippe a travaillé déjà dans des exploitations. Il réalise par ailleurs son propre jardin. Il souhaite aujourd’hui se professionnaliser davantage et toucher à tous les domaines du maraichage. Il fait le choix dès à présent de semences bio.

Son rêve à terme vivre de son activité et de sa passion. Cette année de test est pour lui déterminante car elle va lui permettre de se lancer, de mettre le pied à l’étrier et de s’essayer à diverses productions.

Il compte beaucoup sur l’accompagnement, le contact avec des professionnels pour apprendre,  et gagner en autonomie.

Point presse pour présenter Mobileye

Nadine Micheli, 56 ans, du jardin à l’assiette

Nadine Micheli est restauratrice mais depuis toujours elle rêve de créer une ferme auberge où elle pourrait » Cultiver des produits de qualité grâce une agriculture durable, les transformer, les sublimer dans ses assiettes ».

Si elle a choisi de faire partie de l’aventure, c’est pour démarrer son activité entourée d’un réseau de professionnels spécialisés. Elle souhaite via cet accompagnement se confronter à la réalité et aux difficultés d’une activité qu’elle connait peu.

Malgré son manque d’expérience, elle est motivée et surtout connaît en tant que restauratrice et cheffe d’entreprise les activités de transformation et de commercialisation sur le bout des doigts.

Ses qualités pour mener à bien son projet : sa motivation sans faille, son courage, son optimisme et surtout sa grande force de travail.

Hâte de pouvoir déguster sa production dans des assiettes généreuses comme elle.