• Dernière modification il y a :3 semaines 
  • Temps de lecture:11Minutes

 La CAPA a créé sur son territoire une pépinière d’entreprise agricole : une première en Corse avec l’appui du réseau national des « Espaces test agricoles » RENETA. Ce projet a pour but de permettre à des apprentis agriculteurs la mise à disposition de parcelles ” les espaces test” . Ces derniers bénéficient un accompagnement.

Ce dispositif novateur a donc permis à des porteurs de projets Nadine, Swann et Jean-Philippe de s’installer en agriculture et de voler aujourd’hui de leurs propres ailes. Durant leur formation qui a duré deux ans, ils ont ou ainsi tester le maraîchage en bénéficiant d’un accompagnement et de matériel pour une sur une parcelle “mise à disposition” par la Ville d’Ajaccio.

 Aujourd’hui, les espaces test poursuivent leur développement. Ainsi, désormais, Tavaco accueille un nouvel espace pour 1 seul testeur qui aura la possibilité de tester notamment l’apiculture et l’arboriculture sur une surface alimentée en eau pluviale. Les cultures libres non alimentaires sont également autorisées.

Et de nouveaux testeurs, ou plutôt testeuses débutent en ce mois de janvier 2024 leur formation !

Quelques éléments de bilan

  • Depuis 2020, la CAPA a accueilli 5 testeurs. Parmi eux, 3 se sont installés comme agriculteurs. Leur formation a duré 3ans.
  • Un nouvel espace test a vu le jour à Tavaco. Il permettra de travailler avec l’AOP miel dans le domaine de l’apiculture.
  • Une des testeuses Laura Peretti, n’a pas hésité à répondre à la proposition d’expérimentation de la MSA au travers de la mise en place de paniers solidaires. La CAF et le CIAS ont alors accepté de rejoindre cette expérimentation territoriale. Cette action partenariale a pour objectif de contribuer à répondre à un besoin alimentaire des personnes bénéficiant des prestations de la CAF ou la MSA. Cela leur permet de réduire leur budget alimentation au profit des charges fixes de logement. Ainsi, les bénéficiaires reçoivent des produits alimentaires variés et équilibrés pour une alimentation saine. L’action est proposée dans le cadre du CIAS ANZIANI afin de faciliter la démarche des personnes concernées.

Plus d’infos

Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien
Immeuble Alban, Bât G, 18 rue Antoine Sollacaro
20000 AJACCIO
Mail : mission-rurale@ca-ajaccien.fr
Tél : 04 95 52 95 00

Voir les actus sur le développement rural

Voir la page consacrée au développement rural

Une promo 100 % féminine en 2024 ! 

Emeline Lavaud

Émeline Lavaud est une jeune femme qui travaille depuis 10 ans dans le monde agricole. Titulaire d’un diplôme d’ingénieure-agronome, elle a tout d’abord  travaillé dans le domaine de la pisciculture, de  l’ostréiculture puis en tant que professeure en lycée agricole et enfin dans le développement de l’agroécologie en Corse avec la DRAAF.  Forte de ces expériences, elle a eu envie de retrouver “le terrain” et “une activité manuelle”. Elle est donc allée travailler comme salariée en maraîchage à Sagone.

Aujourd’hui, elle souhaite se lancer dans une nouvelle aventure : le maraichage à son compte . En effet, elle ressent comme un besoin viscéral, l’envie de mener   “ une activité manuelle avec un contact avec la terre“.

Et pour concrétiser cette envie, elle a choisi de candidater aux espaces test agricoles de la CAPA. C’est pour elle, l’opportunité de “pouvoir vraiment toucher du doigt toutes les activités du maraîchage parce qu’en étant salariée on n’en voit qu’une partie alors que quand on développe son activité on est poussé à intervenir à chaque étape“.

Sur le terrain que lui alloue la CAPA à la Sposata, elle souhaite produire principalement des fruits et légumes de saison, de plein-champs, et en parallèle des plantes aromatiques, des plantes médicinales . Ce dernier choix,  elle l’explique par son caractère très innovant : ” il y a beaucoup de choses à développer dans ce domaine”.

Enfin, elle souhaiterait de même planter des fleurs comestibles pour embellir les plats : “Certains restaurateurs sont intéressés par les fleurs pour faire un plat un peu plus joli et en plus des fleurs comestibles, ça ajoute un attrait à leurs plats”.

Déterminée, Émeline a déjà établi  sa feuille de route pour les 3 ans. Elle va ainsi à court terme débuter sur une partie des 5000m2 du terrain attribué par la CAPA, puis augmenter progressivement la surface exploitée.  Concernant la commercialisation de ses produits, elle envisage également de proposer quelques paniers  à la vente et de travailler avec un restaurant dans un premier temps puis petit à petit élargir les points de vente.

3 mots pour qualifier cette phase de test ? 

L’opportunité, un challenge et une motivation extrême. C’est vraiment très encourageant, ça nous plonge dans nos valeurs profondes qui sont de produire local pour vendre localement avec des produits de qualité, en respectant l’environnement. Pour moi ce sont des choses très importantes et si l’on peut le mettre en œuvre tous les jours, c’est juste un grand plaisir.

Cléa Chevalier

Cléa Chevalier est actuellement fleuriste. Diplômée en gestion et commerce, elle a travaillé dans le domaine du marketing et plus précisément de la collecte de fond pour une ONG humanitaire pendant plusieurs années à Paris. Néanmoins, l’amour de la terre l’a toujours animé : « J’ai toujours eu un intérêt très fort pour la protection de l’environnement et le travail de la terre. A 22 ans, je suis partie en Amazonie Péruvienne pour travailler dans une association de protection des espèces. On faisait beaucoup de projets de développement en réponse au changement climatique ».

C’est d’ailleurs à Paris, au sein de cette ONG que son projet a muri : « je suivais des projets agricoles montés par des femmes et à partir de là j’ai voulu moi aussi pouvoir mettre la main à la patte et passer de la collecte de fonds à un vrai travail sur le terrain ».

Après une première expérience dans la viticulture, elle a eu envie de se spécialiser dans la floriculture.

En 2020, elle obtient un brevet pour être responsable d’une exploitation agricole. Après 3 ans de recherche infructueuse de terrain, elle décide de se lancer dans l’aventure « espace test agricole » afin  « de pouvoir vraiment mettre en pratique mon projet, m’assurer de sa viabilité, et de ma capacité à monter un projet agricole et à le diriger du début à la fin ».

Cléa va donc cultiver des fleurs mais pas que… elle va réaliser des activités de maraichage et la production de plantes aromatiques et médicinales.

Forte de son expérience, elle a déjà planifié les étapes de son projet. Elle compte cultiver progressivement sa parcelle et espère une première récolte en juin…

3 mots pour qualifier cette phase de test ? 

1 seul : « Résilience parce que ce n’est pas facile aujourd’hui de trouver sa place et de faire ses choix professionnels et personnels. Je trouve que c’est vraiment une opportunité pour moi de faire mes preuves, de monter ce projet et d’associer ma passion pour les plantes et une activité professionnelle. Résilience aussi parce c’est important de soutenir les projets agricoles sur le territoire et de pouvoir permettre aux Ajacciens et aux personnes du Pays Ajaccien de bénéficier de produits locaux de saison, non traités conduits en agriculture biologique.

Valerie Ceccarelli

Valerie Ceccarelli est la dernière jeune femme de cette promotion 100 % féminine à rejoindre les espaces test agricoles.

Pourtant, rien dans son parcours ne laissait supposer qu’elle tenterait cette expérience. Elle a en effet travaillé dans l’hôtellerie, mais également en EHPAD.

Pour autant, l’amour de la terre, elle l’a toujours eu chevillé au corps depuis sa petite enfance. Ce sont ses grands-parents qui lui ont insufflé.

Aujourd’hui, elle a choisi de cultiver exclusivement des légumes mais aussi de partager sa passion avec toutes les générations : « J’ai comme projet de faire venir des écoliers pour leur inculquer l’amour de la terre, des fruits et des légumes. Mais aussi, les EHPAD également pour rendre hommage à tout ce qu’ils nous ont appris. Car ce qui compte avant tout pour moi, c’est la transmission ! ».

3 mots pour qualifier cette phase de test ? 

Deux mots : transmission et partage. On est 4 femmes, on va pouvoir partager chacune nos projets, c’est très sympa ! Et surtout, c’est enrichissant car chacune a un vécu différent !

Déborah Bruni

Déborah Bruni est fraichement installée au nouvel espace test de Tavaco.

Cette jeune femme a toujours aimé travailler la terre. Ses débuts, elle les a fait au potager familial apprenant ainsi les bons gestes.

Cet amour de la terre et cette envie de construire sa vie professionnelle dans le domaine agricole s’est confirmé lors du confinement lorsqu’avec son compagnon, elle a installé son premier jardin. Comme elle l’explique : « Depuis, j’ai fait des jardins pour notre propre consommation car je n’ai pas pu avoir

de terrains pour pouvoir m’installer. Mais l’envie est bien présente ».

Son projet est son projet est en construction : « Je voudrai produire des légumes d’été ( courgettes, aubergines, poivrons…) et également légumes d’hiver ».

3 mots pour qualifier cette phase de test ? 

Aventure, défi et apprentissage!