Avec la richesse naturelle exceptionnelle de leurs territoires et les nombreux acteurs des sports outdoor présents, la CAPA et la Communauté de Communes Celavu Prunelli (CCCP) ont choisi de  structurer et développement les activités de pleine nature, tout en préservant le milieu naturel. Ce mardi 29 septembre a permis de présenter le Schéma de Développement des Activités de Pleine Nature (APN) et son plan d’actions, un programme pour lequel les deux intercommunalités ont pu bénéficier de financements européens LEADER et FEADER.

Christelle COMBETTE, Vice-Présidente déléguée au tourisme et à la promotion du Tourisme, a ouvert la réunion de restitution sur les activités de pleine nature. Elle rapportera le Schéma de Développement des APN et son plan d’actions lors du prochain conseil communautaire.

107 sites + 15 activités = 7 sites remarquables

Les sports outdoor sont des sports dits de pleine nature.  Ce qualificatif est une particularité française  qui traduit la volonté de concilier les usages tout en respectant la protection de l’environnement.

Les territoires de la CAPA et du Celavu-Prunelli ont permis d’identifier une quinzaine d’activités : pêche de loisirs, promenade en mer, plongée sous-marine, baignade, canoë kayak, stand up paddle, engins nautiques, motonautisme, plaisance, randonnée, VTT, motorisé terrestre, équestre, course d’orientation, escalade, canyoning, via ferrata, parapente, PAH, chasse, voile.

Ces activités concernent 56 prestataires sur 107 sites identifiés : 32 activités terrestres et 24 activités aquatiques et nautiques – 75 en incluant les sociétés de chasse. Un poids économique estimé à 10 M€.

Carte globale des lieux et activités de plaine nature

Si l’offre APN est diffuse et continue à l’échelle des 20 communes composant le territoire, il ressort 7 périmètres remarquables où les APN sont particulièrement à l’honneur et bénéficient déjà d’une forte structuration :

liste des 7 sites et activités

Une stratégie de développement au cœur de 3 enjeux forts :

Le diagnostic brut initial a permis une collecte d’informations montrant à la fois une diversité des points de vue et de nombreuses zones de convergence, notamment en regard de ce qu’on peut appeler le « caractère » nature du territoire et l’intérêt de développer l’activité APN au bénéfice des acteurs locaux autours de 3 enjeux forts :

  • Au bénéfice des acteurs / prestataires locaux impliqués sur l’année L’ensemble des actions doit profiter aux acteurs impliqués sur l’année. Le territoire souffre trop de ces pics de fréquentations estivaux lesquels finalement ne laissent qu’une ressource moins durable (aspect environnemental) et surtout moins pérenne (aspect économique). La volonté est forte d’augmenter les saisons, de les étirer. Cela en soit n’est pas nouveau mais l’accent doit être porté encore plus vivement en termes promotionnels pour faire valoir des bienfaits des ailes de saison. Cela doit encore plus profiter à des acteurs dont l’objectif commercial peut être atteint dans la durée, générant ainsi un tourisme potentiellement plus responsable « Donner plus de sens à une vie à l’année ».
  • Dans le souci de préservation des intérêts des habitants Travailler au lissage des pics touristiques estivaux sur l’ensemble d’une année participe dans le même temps au bien-être des habitants qui s’y retrouvent. Cet élément est très lié au premier. Le bien-être dans leur activité c’est aussi le respect des autres usagers de la nature et au premier chef les éleveurs nombreux sur les territoires. In fine la dynamique locale, c’est aussi le développement de la pratique locale et durable auprès des jeunes d’une part (la dynamique des jeunes – scolaires – permettra de compléter l’activité des prestataires sur l’année) et pour tous, d’autre part (pratique sociale inclusive – handicap, insertion, santé).
  • Dans le respect de la valorisation paysagère In fine, l’enjeu paysager est fort. Les développements visant à structurer l’offre afin de produire des effets économiques sur les acteurs et la filière locale doivent être cohérents et en phase. Le développement d’un éco système économique et durable passe par le développement éco responsable et encore une fois, dans le respect des usagers.

La présentation a été faite par le cabinet spécialisé de conseil, d’étude et de formation La Pitaya, Eric et Emmanuelle Biard.

Le plan d’actions

Cette stratégie APN va être développée de manière progressive afin que les intercommunalités puissent se coordonnées avec les actions mises en place à l’échelle régionale :

AXE 1 : Organiser le développement et animer le réseau des pôles structurants de la zone d’étude (Tolla, Bocognano, la Parata, Le Monte Gozzi)

AXE 2 : Sécuriser les accès aux sites (ESI)

AXE 3 : Aménager les sites (ESI)

AXE 4 : Promouvoir les opérateurs (approche marketing)

tableau des actions APN

4 pôles rayonnants et structurants

Les deux intercommunalités porteuse du Schéma de Développement des Activités de Pleine Nature vont s’engager à développer deux pôles rayonnants et structurants par territoire :

  • Parata et Monte Gozzi pour la CAPA
  • Tolla et Bocognano pour la CCCP
Carte des 4 pôles APN

Ces pôles présenteront à la fois une offre physique (espaces et sites de pratique, disciplines APN, organisateurs d’activités privés ou associatifs) et une organisation ad-hoc dédiée (accueil, promotion et animation).

Contact CAPA

Communauté d'Agglomération du Pays Ajaccien

Espace Alban Bât G et H 18 rue Antoine Sollacaro 20090 Ajaccio Tél: 04 95 52 95 00 contact@ca-ajaccien.fr

Contact CCCP

Communauté de Communes Celavu-Prunelli
Lieu dit Fontanaccia
20129 BASTELICACCIA
Tél : 04.95.29.19.40
contact@cc-cp.fr
Site internet de la CCCP

Quels sont les sports « outdoor » ?

Les sports outdoor sont des sports dits de  nature.  Ce qualificatif est une particularité française  qui traduit la volonté de concilier les usages tout en respectant la protection de l’environnement.

Les sports d’eau :

  • Sports de rame (paddlesports): rafting, canoë kayak, paddle…,
  • sports de nage dans un cadre naturel : nage en eau vive, plongée sous-marine, canyoning…,
  • boardsports : ski nautique, wakeboard, wakesurf,

les sports terrestres :

  • en montagne, dont les sports de neige (snowsports) tels que ski de randonnée, ski de fond, ski alpin, moto-neige, randonnée en raquettes, ski de vitesse (également appelé kilomètre  lancé), descente en luges, mais aussi ceux qui ne nécessitent pas de neige tels que via ferrata, escalade, randonnée à pied, trekking, trail, pêche, équitation …)
  • vélo : VTT (mountain bike en anglais, les pratiques de VTT à profil descendant organisées sur les territoires des stations de sports d’hiver en dehors des périodes d’enneigement), VTC, vélo de route, vélo de course… avec 2 types de pratique : cycliste ou cyclotouriste,
  • autres activités telles que le raid multisports de nature, le parcours aventure, la course d’orientation,

les sports aériens :

  • parapente, U.L.M., parachutisme, vol libre…

Pour rappel, 52 % des Français déclarent pratiquer le sport principalement hors des infrastructures spécifiques. Au-delà de l’accès à des équipements et à des services, c’est l’aménagement de l’espace public dans son ensemble qui permet aujourd’hui de développer les pratiques sportives et l’activité physique.